Chronique kaki: ph 12

Publié le par Olivier

"Qu'est-ce que vous savez faire?
- Ben rien, je sors de l'école...
- Et on ne vous apprend rien à l'école?
- Ben non, si vous y aviez été vous le sauriez!"

Coluche avait là plutôt bien résumé les rapports entre la gente militaire et les appelés du contigent.
Ayant pu goûter à ces joies d'une époque révolue, j'avais l'intention de faire un texte un peu acide racontant les déboires d'Olivier et ses "compagnons d'armes", un mélange entre "Voyage au bout de l'enfer" et "La 7ème compagnie", mais bon, même si nos chers gradés nous en ont fait subir, il faut bien avouer qu'on leur rendait largement la pareille, alors soyons indulgent avec nos chères barettes jaunes. Restons pour l'instant loin des clichés et parlons plutôt de l'ambiance conviviale et bon enfant du service militaire, des vertus de la discipline... qui, aliée parfois à l'activité sportive, peut être très formatrice; prenons simplement l'exemple de la course autour d'une section en marche en criant "je suis un satellite, bis,ter,...", poliment alternée par le chef de section: "je suis quoi?"... "un satellite", bis. Le poumon de la discipline quoi!
Autre vertu, l'apprentissage du ménage, les fameux t.i.g. (travail d'intérêt général): mesdames, si votre compagnon a fait l'armée et prétend être incapable de laver le lino, faire la vaisselle ou les poussières, sachez qu'il vous cache des choses  :-D
Les virées au grand air, dans le style du 3615 qui n'en veut de Bruno Lochet.Très bon pour la santé, ouvrant l'appétit, renforçant la cohésion. Cohésion indispensable quand, par exemple, après plusieurs heures passées en camion débâché en plein hiver, la vessie passe en zone rouge et que vous vous agenouillez au bord de la petite ridelle pour faire votre affaire et qu'un camarade vous ceinture par derrière pour ne pas tomber. Stimulant aussi la réflexion quand, dans la même situation, l'option choisie est la bouteille en plastique, minimisant le risque (mais pas les dommages colatéraux), et pouvant être utilisée pour se réchauffer quelques minutes!
Une autre grande vertu, l'apprentissage de la patience, indispensable à la survie en milieu kaki, où certains parviennent (avec beaucoup d'entraînement quand même) à passer des journées, voire des semaines, sans activité perceptible. Certains rivaliseraient même avec les grands maîtres zen.
Bon faut pas que j'abuse là, ça bossait dur aussi; par exemple moi j'étais dans le génie (même si on était loin d'en être) et ma section faisait le goudronnage des routes, c'était du gros taf pendant les chantiers et on voyait que nos chères barettes étaient vraiment du métier.
Bref, je ne vais pas commencer à m'étendre sur mes anecdotes kaki sinon on a pas fini, disons juste que c'était à la fois une grosse galère et une franche partie de rigolade, alors pour résumer au mieux, juste une photo de moi et mes meilleurs potes de l'époque. Notre groupe s'appelait les "produits noirs" (à cause du goudron), alors these are les mens in black de la "black product":



(moi c'est le gringalet du centre  :-D)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ptitsa 03/06/2008 00:16

J'avais bon alors. Je pariais sur la région parisienne... au sens large. ;)

Ptitsa 02/06/2008 10:00

Ps : à voir la couleur de tes bras sur la photo, j'ai confirmation d'une de mes zypothèses : je ne sais pas où tu vis, mais t'es pas un keum du sud, toi !!

Olivier 02/06/2008 23:51



Un gagio du six zéro  :-D



Ptitsa 02/06/2008 09:59

Hé mais, ça a blogué dur ici ce week-end... alors, toi aussi tu es un petit gabarit ? ;)

L'univers que tu décris m'est totalement étranger, mais la plupart des garçons que je connais, de mes ex à mon mari, ont, je crois , les mêmes souvenirs que toi : à la fois le soulagement d'en avoir fini avec cette chienlit et une sorte de nostalgie de cette époque bon enfant et tellement formatrice...

Olivier 02/06/2008 23:48


Ben oui, 65 kg, et encore, en vitesse de pointe, dans les descentes, et par vent arrière!
La joie de finir est partagée par tout le monde, perso j'ai eu quand même la chance de vraiment bien rigoler et d'avoir des potes super cool, je crois que je pourrais même écrire un petit bouquin
rien qu'avec les anecdotes marrantes  :)