My best april fish

Publié le par Olivier

Je l'avais presque oubliée cette année, le jour des blagues de potaches. Remarquez je suis tellement étourdi qu'une fois j'ai zappé mon propre anniversaire!
Pas grand chose aujourd'hui alors j'en profite pour vous raconter vite fait ma blague de 1er avril dont j'ai le souvenir le plus marrant. J'ai un peu honte car j'étais plus tout jeune et c'était vraiment une pure blague de potache de gamin boutonneux!
J'étais en terminale et c'était l'époque où on préparait nos dossiers pour l'année suivante, fac, etc. La récréation du matin arrive, on se retrouve en bas, certains étaient préoccupés par des détails administratifs, et d'autres par des détails plus... humoristiques. En tant que cancre moyen et farceur de base, j'avais préparé un beau poisson, qui tenait plus du thon que de la sardine, accroché à son bout de scotch. J'avais idée de tenter mon coup plusieurs fois en espérant, sans trop y croire, qu'au moins un ou une se laisserait berner par la fameuse et {in}amicale tappe dans le dos. J'arrive nonchalamment vers un groupe de potes, concentré et qui discutait sévère sur les dossiers. Là je choisis ma victime, celui qui parlait, et comme je le connaissais juste comme ça "bonjour, bonjour", il ne s'est pas méfié. Le sourire jovial, la belle tappe, et bing le poiscail bien accroché qui lui prenait la moitié du dos. Sitôt fait voilà t-y pas que notre ami nous délaisse pour se rendre vers les bureaux de l'administration. Je m'excuse auprès de lui encore plus de dix ans après mais c'est vrai que je suis tombé sur la perle rare ce jour-là!
Il les a tous fait, le cpe, le secrétariat, le proviseur adjoint, je l'ai suivi partout prétextant des papiers à faire aussi, dommage qu'il n'y avait pas de portables vidéo à l'époque, c'aurait été un poisson collector.
Au bout de dix minutes il a quand même commencé à trouver bizarre que tout le monde souriait sur son passage, mais il quand a même mis encore un peu de temps à capter. Du coup c'était la franche rigolade. Sauf que lui était vraiment de sale humeur quand il s'est rendu compte que la moitié du lycée et toute l'administration l'avait pris pour un marin d'eau douce. Et furax il demande qui était l'auteur. Là j'ai vachement senti le vent tourner, et d'un coup les rôles s'inverser, et je m'voyais déjà... en haut de l'affiche, le pif un peu plus gros que n'importe qui, mes dents s'étalaient...
Bon stop, ouf, ma chance c'est qu'il était ni vraiement balèze (du moins je pense) ni vraiment violent (j'en suis sûr  :-)). Mais il m'en a voulu et finalement, même si c'est un bon souvenir, c'est juste un peu amer et je regrette quand même.
Comme quoi les coups dans le dos, au final, c'est jamais très chouette; alors surveillez vos arrières.   ;-)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article